Institution Notre Dame

Etablissement catholique d’enseignement ouvert à tous

Rétrospective Jean le MOAL

Dans le cadre de l'enseignement de l'arts plastiques au lycée, une sortie scolaire a eu lieu le mercredi 20 décembre au musée d'Art et d'Archéologie de VALENCE. Les lycéens ont découvert une exposition reconnue d'intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication, la direction générale des patrimoines et le service des musées de France.

Cette rétrospective était attendue dans la mesure où il y a déjà dix ans que l'artiste Jean Le MOAL (1909-2007) s'est éteint. L'exposition présente une centaine d'œuvres plus particulièrement des peintures à l'huile : son médium de prédilection. Après un parcours traditionnel où le peintre subit l'influence des avant-gardes (fauvisme – cubisme – surréalisme). Jean Le MOAL prend petit à petit ses distances avec la figuration, où il s'agissait d'imiter la réalité, pour aboutir à la non-figuration, où il s'agit de traduire ses émotions face à la réalité.

Dans tous les cas, l'artiste ne cesse d'interroger la nature et ce qu'elle lui inspire. Ce nouveau langage pictural qui éclate en une myriade de touches fragmentées est influencé par les paysages d'Ardèche de son enfance, par les paysages marins de Bretagne et par son voyage en Amérique latine (1965-66). Tout cela contribue à renouveler sa palette et lui permet d'affirmer sa patte : son écriture personnelle vouée à la question de la couleur dans la lignée de Pierre BONNARD, de l'espace et des variations de lumière.

En 1966, il s'installe à Alba-la-Romaine dans un nouvel atelier qui lui permet de travailler les grands formats. Sa peinture prend alors une dimension monumentale dépassant les limites de la toile et accentuant la sensation de la surface colorée : soit saturée de couleurs chaudes, flamboyantes et incandescentes soit amalgamée de couleurs froides, distantes et glaciales. Quelques années plus tard, il entreprend une série de petits formats afin de se renouveler.

Jean Le MOAL semble aujourd'hui comme un peintre à redécouvrir : il a su se détacher de la tradition académique classique et conventionnelle pour innover. Audace et prise de risque font de lui un artiste moderne qui a su remettre en question nombre de codes en vigueur et qui a bousculé la représentation. Il va par conséquent élaborer un nouvel espace sensible : voilà en quoi le travail de ce peintre peut apparaître comme novateur.

Pascaline FARESSE, professeur d'Arts Plastiques

Revenir