Actualité

HANDISPORT

L’association Handisport de la Drôme est intervenue auprès des optionnaires EPS de Premières de l’IND le vendredi 28 Mai 2021.

Lors de cette intervention Handisport, quatre de ses membres se sont déplacés pour échanger avec nous, un intervenant sourd, un intervenant avec une paraplégie partielle et deux autres intervenants. Il s’agissait de nous sensibiliser et de nous informer sur les liens entre les différents handicaps et le sport.

Ce moment partagé avec eux nous a ainsi permis de nous rendre compte des difficultés auxquelles sont confrontées les personnes en situation de handicap. Toutefois, nous avons pu voir que grâce à de nombreuses associations, ils parvenaient à faire changer les choses, notamment par l’intermédiaire du sport. Leur but était aussi de nous faire découvrir les sensations et le quotidien des personnes à mobilité réduite. Pour cela, ils nous ont parlé de leurs histoires personnelles.

L’intervenant sourd nous a fait part de ses expériences vécues en tant que personne handicapée et ses moyens de comprendre les autres, notamment avec une application sur smartphone qui écrit les paroles de la personne qui parle. De plus, il avait appris à parler ce qui lui facilite les choses. Il pratique également le langage des signes mais il n’est pas compréhensible pour tout le monde. Il nous a aussi expliqué les difficultés quotidiennes présentes dans sa vie, telles que le port du masque qui engendre une impression de rupture sociale : en effet les sourds et malentendants lisent sur les lèvres afin de mieux communiquer avec les autres. De plus, les appels téléphoniques sont un problème pour eux. D’ailleurs, les flashs, les vibrations et les messages sur nos téléphones ont été inventés afin de faciliter la vie de ces handicapés. Cet homme est né sourd, dans une famille d’entendants. Il est passé par beaucoup d’étapes pour apprendre à parler comme avec une AVS, un traducteur, un orthophoniste et des écoles spécialisées. Aujourd’hui, on pourrait croire qu’il n’a aucun handicap tellement il parle bien, c’est impressionnant !

Ensuite, nous avons fait un jeu en situation de malentendants. Nous ne devions communiquer qu'avec le langage des signes. Le parcours était composé de plusieurs obstacles, la personne en face devait nous indiquer les directions à prendre.

Grâce à lui, nous avons pu apprendre quelques mots en langage des signes liés à la pratique sportive :

  • savoir comment va la personne
  • ballon de rugby, hand, foot, tennis, ping pong, pétanque, tennis de table
  • couleurs orange, vert, violet, bleu, jaune, blanc, noir, rouge
  • passer en dessous, au milieu au-dessus d'une barrière
  • aller à droite, au milieu, à gauche

Attention, interdiction d'émettre un son, il fallait échanger avec son coéquipier uniquement par le langage des signes ! Puis nous avons inversé les rôles.

Après cet exercice pratique, l’intervenant atteint d'une paraplégie partielle nous a démontré que malgré ses difficultés il pouvait continuer le sport, comme le tennis avec un fauteuil roulant spécialisé avec des roues inclinées et d’autres modifications. De ce fait, nous avons séparé la classe en trois groupes et avons réalisé une course de fauteuils roulants, ce qui n’a pas été facile pour tout le monde.

Pour conclure, cette après-midi nous a apporté une réelle expérience unique en son genre et nous a invités à porter un autre regard sur le handicap. Les intervenants nous ont plongés en immersion totale dans leur monde, et dans ce qu’ils vivent au quotidien. Nous avons aussi pu réaliser les difficultés que cela pouvait créer dans une vie mais aussi à quel point ces personnes étaient fortes mentalement pour surmonter les épreuves et venir nous en faire part.

En ce qui concerne le milieu sportif et donc le « but » de notre option, nous avons pu constater les aménagements faits pour les personnes handicapées au niveau professionnel et amateur malgré la contrainte du prix qui reste cependant colossale. Tout aujourd’hui a été fait pour que les personnes atteintes d’un handicap puissent au maximum pratiquer une activité sportive comme des joueurs dit « valides ».

Nous recommandons donc à tout le monde de vivre une telle expérience au sein du groupe « Handisport Valence » et de s’y investir, si possible, en tant que bénévoles.

Claire-Aliénor, Chiara, Mathys et Jade – élèves de la classe de 1ère option EPS


Retour